Choubaka lit Emil Cioran

😺 Moment de détente dans le jardin, en compagnie de ses fidèles chats et de l’intégral des œuvres littéraires de l’écrivain roumain d’expression française Emil Michel Cioran (1911-1995). Il s’agit d’un auteur phare que Choubaka et Shadōko affectionnent particulièrement, il a en effet joué un rôle singulier dans leur histoire commune et personnelle.

Comment évoquer le nom de Cioran sans donner un léger aperçu de l’esprit fulgurant et ravageur de l’espiègle penseur transylvain :

« L’amour montre jusqu’où nous pouvons être malades dans les limites de la santé : l’état amoureux n’est pas une intoxication organique, mais métaphysique. »

« Méfiez vous de ceux qui tournent le dos à l’amour, à l’ambition, à la société. Ils se vengeront d’y avoir renoncé. »

« Pourquoi nous retirer et abandonner la partie, quand il nous reste tant d’êtres à décevoir ? »

« L’être idéal ? Un ange dévasté par l’humour. »

« Espérer, c’est démentir l’avenir. »

« L’espoir est une vertu d’esclaves. »

« On voudrait parfois être cannibale, moins pour le plaisir de dévorer tel ou tel que pour celui de le vomir. »

« Ce n’est pas la peine de se tuer puisqu’on se tue toujours trop tard. »

« On a d’autant plus de prise sur ce monde qu’on s’en éloigne, qu’on n’y adhère pas. Le renoncement confère un pouvoir infini. »

« Tout sans Dieu est néant ; et Dieu n’est que le néant suprême. »

« Le monothéisme judéo-chrétien est le stalinisme de l’Antiquité. »

« La grande, la seule originalité de l’amour est de rendre le bonheur indistinct du malheur. »